Accueil > Paris turf > Conseils paris hippiques > Méthodes pour gagner aux courses

Méthodes pour gagner aux courses

Methodes pour gagner aux coursesComme tout pari sportif, les paris hippiques comportent une part de hasard, mais certaines méthodes et stratégies permettent de réduire considérablement cet aléa. En effet, connaître les chevaux, les ressorts des courses, les différents types de paris existants permet de conserver une certaine maîtrise du jeu et de maximiser ses chances de gagner aux courses.

Jouer en combiné ou en champ réduit ?

Le combiné et le champ réduit sont deux techniques permettant sur une même course de jouer plusieurs combinaisons. Le champ réduit permet de réduire la mise initiale en pariant sur plusieurs chevaux, alors que le combiné consiste à jouer les chevaux dans l’ordre, pour ce qui de la combinaison simple, ou dans tous les ordres possibles, pour ce qui est de la combinaison complète. Comment choisir la meilleure combinaison ?

Le champ réduit permet d’associer un cheval de base à un autre (au couplé) ou deux chevaux de base a un troisième (au tiercé). Si les bases sont bonnes, le turfiste a ainsi plus de chances de gagner par rapport aux jeux classiques. Ce jeu est donc idéal lorsque le turfiste joue en couplé sur une course où un cheval a sa préférence, mais où il hésite pour la deuxième place entre trois autres chevaux. Ainsi, il peut jouer : son favori en base associé au 2e cheval ; son favori en base associé au 3e cheval ; son favori en base associé au 4e cheval.

A l’inverse, toujours en couplé, s’il hésite entre trois chevaux sans qu’aucun n’ait sa préférence, il jouera en combiné : le numéro 1 et le numéro 2 ; le numéro 1 et le numéro 3 ; le numéro 2 et le numéro 3.

La mise, dans les deux situations, sera de 4,50 €. Cette technique permet de maximiser ses chances de gagner. En effet, il est préférable, avec une même mise, de jouer en combiné sur une seule course plutôt que de miser un seul couplé unitaire sur trois courses séparées. En outre, en privilégiant une seule course, le temps passé à observer chacun des chevaux et ses chances de victoire sera moindre que si le turfiste doit éplucher tous les paramètres afférant à trois courses différentes.

La montante (pour le jeu simple, gagnant ou placé)

Egalement connue sous le nom de martingale, la méthode de la montante consiste à compenser une perte en misant cette même perte lors d’un jeu suivant. Issue de certains jeux de casinos comme la roulette, elle s’adapte parfaitement aux courses hippiques. Si le turfiste mise 1,50 € sur un cheval qui n’arrive pas, il perd 1,50 € ; s’il mise à nouveau 1,50 € sur un autre cheval qui n’est pas non plus placé, il perdra en tout 3 €.

Pour compenser ces 3 €, il devra miser sur un cheval susceptible de lui rapporter cette somme et sa mise, voire un bénéfice supplémentaire ; pour cela, il doit prendre en compte les cotes. Ainsi, avec un cheval coté à 4/1, s’il mise 1,50 € et que ce cheval arrive, il remportera 6 €, de sorte qu’il récupère ses gains et sa mise. Avec un cheval coté 6/1, il gagnera ses pertes initiales, sa mise ainsi qu’un bénéfice de 3 €.

La répartition des mises

Pour maximiser ses chances de gagner aux courses, il est préférable de ne pas miser sur un seul cheval, même considéré comme le « cheval imbattable ». En effet, l’expérience prouve que même le meilleur cheval, le favori des favoris, peut chuter ou se faire battre. Ce type de jeu peut facilement ruiner le turfiste. Il est donc vivement conseillé de miser sur plusieurs chevaux, pour répartir les risques, tout en multipliant les chances de gains. Comme le dit un proverbe populaire, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Répartir les mises permet de calculer sur quelques chevaux (elle ne peut s’appliquer à l’ensemble des participants), en fonction de leur cote, combien miser et sur lesquels pour être toujours gagnant.

Bien sûr, cette technique demande de réaliser certains calculs pour établir des statistiques, et d’être à l’aise avec les chiffres, mais certains logiciels peuvent vous faciliter la tâche (Soft-Cotes, LGPST…).

Pour vous aider à comprendre, voici un exemple de mise en pratique de cette méthode, avec quatre chevaux joués gagnant, et une mise de 2 € :

  • le premier, avec une cote de 5/1, permettrait de remporter 10 € (soit 5 x 2 €)
  • le deuxième, avec une cote de 7/1, permettrait de remporter 14 € (soit 7 x 2 €)
  • le troisième, avec une cote de 9,5/1 permettrait de remporter 19 € (9,5 x 2 €)
  • le quatrième, avec une cote de 8/1, permettrait de remporter 16 € (8 x 2 €).

La mise de départ, en jouant chacun des chevaux une fois, est de 8 € (2+2+2+2). Si seulement l’un d’eux gagne la course, le turfiste récupère sa mise de départ, avec un gain supplémentaire d’au moins 2 €.

Les meilleures méthodes pour le couplé

Lorsque le turfiste joue au couplé gagnant, sur une course réunissant au moins 8 partants, il doit trouver les deux premiers chevaux, sans ordre d’arrivée. C’est un jeu très rémunérateur. Jouer un grand favori avec un outsider permet souvent de toucher la cote simple du premier.

Il peut jouer en couplé gagnant en formule combiné ou champ réduit :

  • en champ réduit comme en combiné, si le turfiste souhaite inclure un favori dans le couplé gagnant, il est conseillé de l’associer au plus à 3 chevaux
  • pour l’associer à quatre chevaux, il est préférable que les chevaux aient des cotes très importantes

S’il joue contre le favori, ce qui est souvent une bonne idée, car beaucoup de turfistes prennent le favori pour base de couplé :

  • dans la formule « champ réduit », il peut associer de 5 à 7 chevaux, puisque s’il gagne, les gains du couplé s’élèveront facilement à plus de 7/1
  • en combiné, jouer quatre chevaux est rentable si le couplé dépasse 6/1 ; cinq chevaux, si le couplé dépasse 10/1 ; six chevaux, si le couplé dépasse 15/1.

Le couplé placé consiste, quant à lui, à trouver deux chevaux sans ordre parmi les trois premiers. Ce jeu est conseillé lorsque le turfiste hésite entre trois chevaux, même s’ils sont tous favoris.

Les meilleures méthodes pour le trio

Le trio concerne les courses réunissant au moins huit partants. Pour le turfiste, il s’agit de trouver les trois premiers chevaux, sans ordre. C’est un jeu permettant également de générer des gains intéressants, sous certaines conditions. En effet, mieux vaut éviter de miser en prenant deux bases : certes, cela permet de jouer quasiment tous les concurrents, mais pour obtenir un gain réellement intéressant, il faut trouver un couplé placé en deux chevaux et que le troisième ait une cote haute.

Les méthodes conseillées varient en fonction du nombre de partants :

  • pour les courses réunissant de 8 à 12 partants, il est conseillé de jouer, en champ réduit, une base associée à cinq autres chevaux
  • toujours pour les courses réunissant de 8 à 12 partants, il est conseillé de jouer en combiné une formule de cinq chevaux
  • pour les courses réunissant 13 concurrents ou plus, le turfiste jouera en champ réduit une base associée à 7 autres concurrents
  • pour les courses réunissant 13 concurrents ou plus, en combiné, il pariera 6 chevaux.

Méthode pour trouver les meilleurs chevaux en trot attelé

Cette méthode permet de déterminer quel cheval jouer au jeu simple gagnant ou placé lors d’une course en trot attelé :

  • les chevaux qui n’ont pas couru depuis plus de 3 mois sont à éliminer, de même que ceux qui ont été disqualifié lors d’une de ses trois dernières courses
  • le turfiste doit choisir un cheval présentant les caractéristiques suivantes : un cheval qui a fini au moins quatrième dans la dernière course en trot attelé, et dont la cote lors de cette course a été égale ou inférieure à 27/1. De plus, l’allocation de sa dernière course (somme d’argent offerte aux 5 ou 7 premiers d’une course de galop ou de trot) doit être supérieure à celle du jour
  • le turfiste doit vérifier la cote actuelle de ce cheval réunissant tous ces critères : il ne le jouera en gagnant que si sa cote est inférieure à 5/1. Si elle est supérieure, il le jouera en placé.

Attention : si plusieurs chevaux correspondent à ce schéma idéal, il est préférable de ne pas jouer la course, car tous ont alors les mêmes chances de gagner.

Gagner régulièrement aux courses nécessite un certain entraînement. Il ne faut donc pas hésiter à persévérer pour connaître toutes les ficelles d’une même méthode et la maîtriser parfaitement. Avec le temps, cet investissement se révélera payant.

Un commentaire

  1. Perso
    Je n’ai pas de méthodes précises mais je gagnes aux courses . Tout d’abord je ne joues pas toutes les courses . Ensuite je joues le Week end car généralement les courses st plus belles et donc plus claires.Et puis j’ai plus de temps libre pour me concentrer sur les épreuves en question . Ensuite je choisis une somme bien définie que je vais miser sur les chx en question . Par exemple lorsque c’est le meeting d’hiver je ne jouerai pratiquement qu’à Vincennes . Après rien ne sert de parier tous les jours juste quand on voit un chl . Il m’arrives aussi parfois si je vois 3 chx déclassés de faire le report des 3 . J’ai un ami entraîneur au trot qui adorent les reports et qui gagnent fréquemment . Un turfiste chevronné.????

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Complétez la case *